Je vous propose de découvrir l’initiative d’une entreprise récente. Il s’agit d’une démarche durable.

La nouvelle profession de Guillaume Chauchet

Originaire de Dompierre, Guillaume Chauchet vient de fonder la jeune entreprise Guiom’art, un mois plus tôt. Il a exercé dans l’enseignement depuis 2 ans.

Il a radicalement changé d’orientation professionnelle et œuvre dans une société de revalorisation de mobilier. Deux ans auparavant, il prend sa disponibilité pour se former en tant que soudeur.

En fait, il veut désormais faire un métier plus manuel. Comme il passe son temps libre à chiner, il peut ainsi assouvir ses besoins de transformer les objets pour les rendre plus esthétiques, plus design.

Les éléments indispensable de Guiom’art

Guillaume adore travailler le bois et encore davantage le métal. Avec ce dernier, l’artisan se réfère à l’usage des vernis à l’eau afin de proscrire les solvants.

Il a réussi à créer un mobilier inédit pour le salon et la salle à manger. Il a transformé des classeurs et des armoires métalliques d’entreprises.

Il est parvenu à mettre en valeur un ancien appareil pour diapositives pour disposer d’une jolie lampe d’ambiance.

Une façon détournée de lutter contre la surconsommation

Guillaume Chauchet ne se définit pas pour autant comme un réel artisan ni un pur artiste. Il a intégré le mot répar’acteur pour définir cette orientation professionnelle d’exception.

La démarche de durabilité s’inscrit dans le souci de procurer une seconde vie aux objets. Ainsi, Guillaume souhaite économiser les ressources tout en optimisant la réduction des déchets.

De plus, il veut faire partie d’une économie circulaire de proximité. Au niveau des fournitures, il œuvre avec Christophe Rivière de RBCS ou Roière-Brethomé Chaudronnerie Serrurerie de Dompierre.

Ce dernier lui remet des pièces de métal afin qu’il les adapte.

L’essentiel de la profession de Guillaume

Guiom’art peut revaloriser un objet ou un meuble que la clientèle lui soumet. En outre, il se charge aussi de commercialiser ses trouvailles transformées aux particuliers et aux entreprises.

Il explore également les écocycleries pour dénicher  sa matière première. Par ailleurs, les Journées de la Réparation sous l’égide de la Chambre des Métiers et l’Ademe s’avèrent très utiles pour Guiom’art.

Une Journée de valorisation intitulée « Déprogrammons l’obsolescence » va se tenir le 6 novembre 2020. Il peut aussi rencontrer des répar’acteurs. Il compte également exposer ses réalisations lors du prochain Salon de l’Habitation.

Le 6 novembre, il va repérer des secteurs comme la tapisserie d’ameublement, la restauration de reliures, la réparation informatique. Découvrez d’autres thèmes ici.

Crédit Photo : larochesuryon.maville.com & actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *