En Vendée, le domaine de l’immobilier subit de plein fouet les affres du reconfinement. Je vous propose d’en savoir plus sur l’impact des visites interdites.

Mise au point sur une situation à risques

A compter du reconfinement, le Gouvernement français interdit les visites physiques des biens immobiliers destinés à la vente et à la location. Les autorités préconisent les visites virtuelles jusqu’au 1er décembre malgré une demande pressante des agents du secteur. De fait, la situation est bloquée.

La Vendée est une région très dynamique sur le territoire. Mais, les visites virtuelles ne sont pas convaincantes.

Un véritable frein pour le secteur immobilier

Les visites sont prohibées pour le parc privé. Pour sa part, le parc public peut continuer les visites, notamment les bailleurs sociaux.

A contrario, les déménagements demeurent autorisés. L’incohérence est devenue la règle.

De plus, des vendeurs qui ont cédé leur bien avant le reconfinement ne peuvent visiter pour se reloger. Ils risquent de se trouver sans logement ni toit.

Les faiblesses de la visite virtuelle

La visite virtuelle demeure une solution d’accompagnement. Personne n’acquiert une maison uniquement en consultant Internet.

La visite virtuelle équivaut davantage à une présélection. Comme l’acquisition d’un patrimoine immobilier est un facteur d’engagement, un projet de vie ne se fait pas en un clic.

En effet, les clients veulent observer physiquement le bien avant de signer l’acte de vente. La pression est forte de la part des acquéreurs et des mandataires.

Certains passent outre l’interdiction des visites. Les relations sont beaucoup plus tendues entre les divers acteurs.

Les problèmes économiques inhérents

L’impact économique du reconfinement est à craindre. L’accessibilité aux crédits devient plus complexe.

En effet, les banques deviennent plus restrictives face aux primo-accédants qui requièrent un apport personnel. Au niveau de l’activité, les transactions sont bloquées au fait de l’impossibilité des visites.

La trésorerie risque de devenir critique pour de nombreuses enseignes.

Les autres sources d’inquiétude

Pour l’heure, nul ne sait si la crise sanitaire peut entraîner l’augmentation du prix des biens immobiliers. En Vendée, les demandes excèdent les offres.

Les demandes varient depuis le premier confinement. Elles sont davantage orientées vers les biens excentrés du centre ville de la        Roche-sur-Yon, notamment du côté des campagnes pour citer le cas d’une agence Yonnaise.

D’autres critères peuvent entrer en jeu comme une recherche de pièce en plus pour le télétravail. Le coût va forcément subir une hausse ainsi que la qualité du bien.

Retrouvez d’autres infos ici.

Crédit Photo : generationvoyage.fr & lesvadrouilleurs.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.