Je vous invite à découvrir la reconversion de trois jeunes vendéens. Ils optent pour une culture maraîchère à Nesmy.

Les débuts des Agrobates

Les trois compères se connaissent depuis les bancs des écoles à Aubigny. Les Agrobates incluent Maxime Marionneau, Florian Fradin et Ophélie Lévèque.

Ils ont commencé chacun de leur côté dans la vie active. Ils se sont rapidement retrouvés afin de faire une reconversion plus proche de leurs valeurs.

Respectivement commercial, éducateur spécialisé et chargée de communication, les trois amis ont choisi la nature à Beauséjour, au cœur de la ville de Nesmy. Le lieu abrite 5 hectares parfaits pour accueillir une micro-ferme qui porte le dénomination les Agrobates.

Les trois amis sont âgés de 25, 29 et 30 ans.

Trois années d’expérimentation nécessaires

Afin d’évaluer leurs connaissances, leurs compétences et leurs envies, la formation sur le terrain a eu lieu à Aubigny sur un terrain prêté. Le dessin du projet a pris forme selon les attentes et les personnalités de chaque membre.

Selon Maxime, le développement de l’activité maraîchère passe par des légumes de saisons, incluant des variétés anciennes. Il veut démontrer le goût authentique des légumes.

Florian a une prédilection pour les plantes aromatiques et médicinales. Il apprécie le lavande, le thym, le romarin.

Il souhaite les présenter sous forme de tisanes, d’huiles essentielles et de baumes. Quant à Ophélie, elle se destine aux plats en sauces, aux soupes et autres mets préparés grâce aux légumes et aux plantes en culture.

Les débuts sur le terrain de Nesmy

La culture démarre sur un hectare. L’écosystème des alentours va servir ensuite pour le mode de culture adopté. Après la culture du  mois d’août 2020, Novembre a permis le traçage des planches dédiées et l’installation de 1 200 m² de serres.

Le printemps 2021 va permettre la mise à jour de la toute première production de légumes.

Le but des Agrobates

Ils envisagent de faire de la vente directe sur site. Il est prévu de commercialiser des produits transformés ainsi que des paniers destinés aux comités d’entreprises.

Le CHD de la Roche-sur-Yon leur a déjà fait confiance via un accord. Par ailleurs, des poules vont bientôt leur fournir des œufs frais tout en contribuant à l’aération naturelle des champs cultivés.

Le financement du projet

En faisant appel à un financement participatif, les Aubinois ont réussi à collecter 6 013 €. La campagne de financement a lieu jusqu’au 23 décembre 2020.

Ce montant va permettre l’installation d’un hangar pour le développement de la partie vente et des matériaux. L’entreprise table sur les apports de la permaculture.

Retrouvez d’autres projets ici.

Crédit Photo : futura-sciences.com & magazine-greenlife.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.